Bad of sunday night... - Essayer de préciser, de purger….


Être invisible, celui qui tiens toujours quoi qu’il arrive, l’expérience, essayer de relativiser…
Vivre entouré de gens cassés par ce système immonde, nous amenant à nous détester, à nous entre dévorer, tuant la solidarité.

Je vois la dépression institutionnalisé, banalisé, nous ronger la moindre parcelle d’énergie, et les non concerner nous pousser à bouger, à se prendre en charge, à nier la maladie, injonction au positif… Mon cafard n’est pas votre déprime, un jours je me souviendrai de son petit nom, car ce cafard est un partie de moi, un compagnon, un fidèle ami, contrairement à ce monde de faux semblant… iel est ma créativité, ma liberté, mon renoncement à ce monde et ses règles, ma capacité à ne pas supporter l’injustice car j’ai mal moi aussi, il se nourris peu être de mon énergie, mais il entretient la flamme de l’anarchie dans mon cœur, mais iel me permet de pas céder à vos sirènes capitalistes, illusions d’un bonheur au prix de notre conscience.

Je vois nos handicaps invisibilisés, niés, trop jeune pour ça et j’en passe, ces souffrances invisibles nous amènes au replis, à nier nous même celles des autres, nous devenons nos propres oppresseurs et ceux de nos proches concerné aussi… Et rien n’est fait pour nous permettre d’accéder aux soins, aux soignants compétant quand ils existent, et encore moins à la reconnaissance administratives, parcours de combattants d’une guerre validiste…

Je vois nos orientations de genres comme de sexualités piétinées, mesurées, recadrées après débat, forcées à rentrer dans une cis normativité socialement acceptables, « Freak » voilà ce que nous sommes des monstres des mal formés à reconditionner, pourquoi nous donner des droits ?

J’erre au milieu de tous ça, comme une odeur de poudre, comme un infirmier sur un champs de bataille, sans bandages ni matos, au milieu des corps, entendant encore le discours des hauts placés se gausser que tout va bien… Je vois les faux allier récupérer les méritent, je vois les alliés ne pas écouter les concernés, je vois les anciens et les anxieux nous voler notre travail de peur qu’on ne présente pas assez bien, je les vois tous faussement lutter pour ne pas subir et avoir l’air assez bien, polissé, pour cette infâme société, patriarcat putride, mélange de fosse à lisier et de fond de tranchée.

Je les entend encore nier mes handicaps physique et psy, me dire que je suis pas si autiste que ça, pas si dépressif, pas si fatigué, et je les vois encore fermer les yeux devant mes cicatrices, je les vois détourner le regard quand je m’effondre, quand je je retourne chez moi où je n’invite personne je la fatigue dans le bordel qui attend… Mais je vais bien je suis normal, je fait juste pas d’effort, nous ne faisons pas assez d’effort on vois le mal partout…
Alors quand je vois des gens minorisés en trasher d’autres comme eux, utiliser les outils de l’oppresseur contre les leurs, invisibiliser les victimes et leurs confisquer la parole, s’en servir pour call out d’autres minorisé, j’ai des pulsions mal saines, des envies de tout raser… Accuser une autre personnes d’être un prédateur, sans preuves directs, de colporter ça, de perdre son étique et ça conscience en suivant aveuglément d’autres personnes, ne plus être capable d’avoir le recul nécessaire… et pousser à une mort certaines ses propres camarades de luttes… je me demande encore pourquoi on se bat… d’autan plus quand certaines de ces personnes le font tout en défendant d’autre déjà condamné sans équivoque possible…. La justice punitive est tout sauf une solution, elle est l’outil de cette société véreuse, et il existe bien d’autres possibilités…

Je peux pas vivre dans ce monde où il est normal de détruire / invisibiliser les autres, encore moins quand c’est par amusement, pour protéger les siens (à tord ou à raison, peut importe) ; je peux pas vivre dans un monde où je suis coupable comme le harceleur manipulateur violeur qui à détruit ma vie et m’a éjecter de ma famille parce qu’il s’est servi de moi pour trouver d’autres victimes, d’autan plus que je suis un homme aujourd’hui donc ça le prouve encore plus , j’avais assez d’être coupable car assigné féminin donc aguicheuse, j’avais assez de savoir que dans un groupe social le groupe est plus important que l’individu même quand il y a des lien de sang, que je devais renoncer à moi même pour le bien être de ceux qui ont choisi que je vienne au monde, j’avais pas besoin qu’on me ré explique que par défaut je suis un agresseur, la preuve je défend des gens / je fais de la médiation / je suis un mec …

Ce qu’iels ont fait à ma camarade me ravive tout ça…
Ce qu’iels nous font me rappelle que nous nous mourront sans droit à choisir ni nos vies ni nos fin de vie…
Ce qu’iels nous infligent me fait constater que nous ne sommes que des déchets vivant dans une décharge, nous somme juste un peu moins acceptable que les autres.

Je suis coupable pour pas mal d’entre eux car mon agresseur c’est servi de moi pour en agresser d’autre…

Je n’ai aucune légitimité à militer…

C’est tellement pas ma vison de l’être humain, juste détruisez moi, faites moi disparaître, mais pas en continuant à me torturer, ni moi ni mes proches ni tous les camarades / minorisé / racisé / précaires / handi /…
S’il vous plaît arrêtez cette torture…

Je suis épuisé, éreinté, de tout cela, physiquement et mentalement, je peux pas décemment rester sain d’esprit en l’état avec tout ça, et me retenir d’en parler non plus…

C’est beaucoup trop… Pour moi, pour nous, pour iels toutes qui viendront….

Je ne peux pas exister dans ce monde, je ne suis pas assez fort pour ça, je ne sais même pas si c’est possible, alors que je suis sensé être la personne la plus résistante pour pas mal de monde.

Et si je tombe, beaucoup d’autres aussi…

J’en serais coupable…

Alors on fait quoi ?